Livre d’Or

N’hésitez pas à laisser un commentaire au travers du Livre d’Or.

 

Commentez mon Livre d'Or

 
 
 
 
 
 
 
Les champs marqués d'une * sont obligatoires/ Fields marked with * are required.
Votre adresse mail ne sera pas publiée / Your E-mail address won't be published.
Il est possible que votre commentaire ne soit visible qu'après approbation/ It's possible that your entry will only be visible in the guestbook after we reviewed it.
Nous nous nous réservons le droit, d'éditer, supprimer ou de ne pas publier votre commentaire dans le livre d'or. / We reserve the right to edit, delete, or not publish entries.
3 entries.
Jean Denis Sacré Jean Denis Sacré wrote on 7 juin 2017:
La magie de Jacques Bovy

La magie de Jacques Bovy
un mélange de saveurs orientales pour certains
de souvenirs du passé pour d’autres
la mémoire qui surgit
qui nous rappelle un être proche
qui nous rappelle une rue, un détail, un clin d’oeil à la vie
un côté « déjà vu »
il me fait voyager
parce que l’on s’approprie la toile
que chaque toile exprime le condensé d’un vécu
et que l’on finit par s’y retrouver

Soulignées d’un trait qui invite à suivre du regard
les différentes cases traitent la couleur de manière sûre
quelques fois subtiles et d’autre fois décalées
tantôt mélancoliques
tantôt franches avec un brin de folie
aujourd’hui plus maîtrisées et contemporaines
un côté vintage et moderne

Le sujet importe peu
il ne peint pas un paysage ou un portrait
le sujet est juste un prétexte pour nous plonger dans l’errance
avec ses fonds de toile qui nous bousculent
des perspectives et des plans avants/ arrières qui se marient

Les cinq années de représentations à Knokke ont séduit l’amateur d’art
Ce style déconstruit mais structuré ne montre pas la beauté
mais des sensations, de la force et du caractère

Jean-Denis Sacré

Art Promoter
&
Interior Architecture & Furniture

WWW.JEANDENISSACRE.BE
WWW.EXPOTEMPO.COM
Luc Désir Luc Désir from Belgium wrote on 31 mai 2017:
Ce qui frappe d'emblée ...

On pourrait croire que la peinture de Jacques s'inspire de celle de certains autres artistes, et non des moindres.
Il n'y a rien de désolant à cela, rien d'anormal. Chacun trouve son inspiration ici et là , personne n'y échappe , fût-il le plus grand.
Mais tous font une synthèse des influences qui détermine leur propre style et Jacques a réussi à trouver le sien, reconnaissable du premier coup d’œil, puis plus encore si on s'approche de la toile, et qu'on effleure la touche.

Les fenêtres ouvertes sur la mer, et un bateau qui flâne, souvent garnies d'un bouquet de fleurs ou d'une femme stylisée, ont été un sujet de prédilection chez Matisse, Marquet, Camoin, Bonnard, Dufy , Puy...pour n'en citer que quelques uns des plus connus (et sans quitter la France).
Les grands paysages construits et découpés , aux couleurs arbitraires et aux ciels polychromes, font parfois penser à de Staël, aussi pour leur vibration et la sensation quasi physique de chaleur écrasante qui s'en dégage.
Une Provence imaginée et onirique s'installe sur les toiles à coups de cyprès, d'olivier, de lavande et surtout à coups de couteau dans une pâte épaisse. Je vous laisse nommer les maîtres en la matière..
Ses marines sont, comme chez nul autre pareil, prétextes à un maillage de l'espace où le désordre n'est qu'apparent, où chaque aplat trouve son écho, chaque ligne son pendant juste et affirmé.

Ce qui frappe d'emblée est la couleur. Jacques est un coloriste puissant et subtil à la fois. J'ai eu la chance de connaître ses premières toiles, plus abstraites, et déjà ce qui impressionnait était cette vibration colorée et le positionnement subtil des tons ...mitoyens. Eh oui, dans ses toiles comme il fit dans sa carrière professionnelle de juge de Paix, Jacques cherche à ramener l'équilibre entre des forces contraires, à baliser les territoires, même célestes, à harmoniser ce qui semble inconciliable.

Ensuite, quelque soit le thème, il y a cette capacité rare à ordonner l'espace pour que chaque aplat (parfois fondu ou en ton sur ton) soit à une place qui apparaît immédiatement comme évidente.

Il y a aussi cette technique des cernes, de couleurs subtilement choisies, qui participent à l'attribution équilibrée de la surface au profit de chaque partie du sujet.
On ressent dans sa peinture le don qu'il avait de dire, lors de sa vie professionnelle, à chacune des parties au procès, ce qui lui revenait et là où elle devait céder la place à l'autre.
On y découvre parfois des vitraux, mais tout en matière plutôt qu'en transparence.

Jacques BOVY a toujours peint, et cela se sent, même s'il ne fait découvrir son talent que tardivement, à l'occasion d'une seconde naissance dont nous profitons tous.
Il vient vers nous avec une fraîcheur qui est celle de son âme, bonne et mesurée, nourri d'enthousiasme et de la puissance vraie, celle qui s'acquiert avec l'expérience d'une vie bien remplie.

Il crée une œuvre dense et foisonnante, avec acharnement et énergie. A son image.

Luc Désir
Richard Richard from Brussels wrote on 10 avril 2017:
Quelle belle découverte ...


Quelle belle découverte !
Au plaisir de pouvoir assister à votre prochain vernissage.


Cordialement

Richard